Trucs et astuces n°3 : les cookies

Le cookie : ultra-simple, ultra-basique, mais ça ne rate jamais : ultra-aimé ! Un cookie, c’est jamais mauvais, mais il y a quand même une différence entre un cookie moyen et un très bon cookie. Le cookie idéal n’existe peut-être pas, on a tous des goûts différents, mais, quand même, je vous en propose un qui n’est pas trop dur à accepter.

Le cookie idéal doit :
– être tout joli … hmm, il doit donner envie de croquer dedans !
– avoir suffisamment (c’est-à-dire beaucoup) de pépites de chocolat : c’est trop frustrant de n’avoir qu’un bout de chocolat par cookie !
– avoir une touche de croquant : avec les bords craquants, et le chocolat au milieu, ou bien des noix qui croquent sous la dent
– être moelleux au milieux, tout moelleux : le bon cookie est à peine cuit !
– être sucré comme il faut, avec une petite touche aromatique : vanille, amande, un peu de rhum ou d’autre alcool parfumé …

Et comme on dit, les bons cookies font les bons amis.

La recette (four à 200°)

– 125g de beurre mou (mais pas fondu)
– 125g de sucre roux (sucre de canne ou cassonade)
– 175g de farine
– 2 cuillères à soupe de poudre d’amande
– 1 oeuf
– 1 ou 2 cuillère à café de levure
– de l’arôme vanille
– un bouchon de rhum ambré (ou de grand marnier ou autre)
– au moins 100/150g de chocolat (noir, au lait ou blanc, ou un mélange) ou bien des noix ou des raisins secs, ou ce que vous voulez

On ne fait pas exactement dans la finesse : j’ai dû réaliser cette recette dans tous les ordres possibles (en gardant quand même l’incorporation du chocolat pour la fin), et ça marche toujours. Le tout, c’est de bien mélanger.

La cuisson

Etape clé ! Le cookie trop cuit est un cookie raté. Je fais cuire mes cookies à 200°C pendant 9 minutes exactement. Bon, à la limite, 10 petites minutes : mais pas plus. Je les sors direct et j’essaie de les transposer sur une surface froide (contrairement à la plaque sortant du four) pour éviter qu’il ne continuent trop à cuire. Et comme ça, ils restent bien moelleux à l’intérieur.

L’esthétique du cookie

Ah ! Eh bien oui, c’est important. Il y a plusieurs choix, déjà au niveau de la taille. Moi, je les fais moyens, voir petits en diamètre (environ 7 cm), mais assez épais. Avant, je mettais la pâte au frigo en rondins pour la découper après : j’ai arrêté, ça n’apporte rien. Je fais beaucoup plus simple maintenant. Je fais des petites boules en les roulant dans mes mains et soit je les aplatis pour leur donner tout de suite la bonne forme, ce qui fera des cookies relativement lisse, soit je les fais cuire en boule telles quelles, mais au bout de 4-5 minutes, je les aplatis avec une spatule en bois dans le four : on obtiens des petits cookies bien trapus tout mignons, avec un petit aspect « brut de décoffrage ». Miam. 🙂

Les variantes

Il ne faut pas hésiter à faire varier la recette. Un basique, c’est fait pour ça : pour être une base. Il m’arrive de remplacer une partie du beurre par du beurre de cacahuète, ou de la pâte de spéculoos ; parfois je remplace du sucre par du miel. On peut remplacer le chocolat par des noix de pécan, des raisins secs (trempés dans du rhum ?), des noisettes, de la pralinoise, des m&ms, que sais-je ! Et si on veut un cookie façon galette des rois, on augmente la proportion de poudre d’amande.

Les cookies, c’est le bien.

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Bonjour,

    Votre site est intéressant, et il y a de très bonnes recettes.
    Continuez de nous faire rêver à travers ce blog.

    Je vous invite à aimé ma page facebook, pour cela taper sur facebook « Les Délices De Marina » et cliquez « J’AIME »

    Je vous laisse également mon site culinaire, afin de suivre mon parcours et mes créations : http://www.lesdelicesdemarina.com

    Amicalement.

    Marina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *